Course La Montpellie Reine

Un dimanche à la Montpellier Reine : Actikids à la course caritative

Un dimanche à la Montpellier Reine

Le 31 mai nous avons passé un bon moment de course avec les amis d’Actikids à la Montpellier Reine, la course caritative qui soutient la recherche contre le cancer du sein.

La participation a été de plus de 7 000 personnes.

Des stands d’activités et la possibilité de garde, avec les animatrices de Babychou Services, avaient été prévus pour les enfants. 

La course a permis de ramasser environ 80 000 euros, et de perdre (382 x 7 000 =) 2 709 000 calories. Je le récris : deuxmillionseptcentneufcalories. Wow. 

Ça fait du bien, les courbatures ne sont pas un problème, nous avons fait une bonne action ! Je réfléchissais justement au fait qu’une action caritative entreprise avec effort physique semble avoir une autre valeur. C’est bon d’avoir mal partout. Car c’était pour la bonne cause.

Je découvre avec surprise que mes pensées sont scientifiquement fondés. Deux chercheurs de l’Université de Warwick et de Princeton estiment que nous sommes poussés à courir une course par l’effet « martyre » (martyrdom effect )* : dans la douleur et dans l’effort nous éprouvons un plus grand plaisir à entreprendre une action caritative. Un peu masochiste ? Peut-être, mais tant mieux si cela marche ! Un pique-nique caritatif n’aura pas le même succès d’un marathon (et je ne parle pas des calories perdues). 😉 Mais encore plus, les courses pour les causes qui sensibilisent envers la souffrance humaine ont une meilleure réussite que celles qui promeuvent une thématique plus abstraite (ex. environnement).

Courir en T-shirt rose pour la deuxième fois de notre vie a été génial! Nous avons aimé cette ambiance rosée et festive, nous aurions peut-être préféré un parcours moins caillouteux et avec de voies plus larges, mais courir dans l’Ecusson (cette fois-ci réellement sans voitures) a été enivrant.

Merci pour cette belle journée à tous les amis d’Actikids et à tous les coureurs de la Montpellier Reine. 

* C. Y. Olivola, E. Shafir, « The Martyrdom Effect: When Pain and Effort Increase Prosocial Contributions », Journal of Behavioral Decision Making, 26: 91–105 (2013)