La Villa Patou, un laboratoire artistique

La Villa Patou : créativité tous azimuts!

Mercredi dernier j’ai eu le plaisir d’assister à un atelier d’arts plastiques à l’association La Villa Patou. Mireille Mondou anime ces ateliers dans la salle attenante à une charmante maisonnette du quartier des Arceaux depuis maintenant deux ans.

Ses élèves César, Tristan et Louison m’accueillent chaleureusement et participent activement au travail dans une ambiance créative et bienveillante.

Le cours auquel j’assiste porte sur la création d’une histoire graphique : choix de personnages, storyboard et mise en dessin. Ceci permet de travailler la partie narrative de l’histoire, ainsi que la partie figurative. Et, surtout, cela permet aux enfants de se rendre compte que, afin de passer un message clair et univoque, il faut maîtriser certaines techniques. Est-ce que les lecteurs vont comprendre ce que je veux dire?

On choisit donc les personnages et on décide ensemble où se passe l’histoire. Dans une souricière hantée, bien sûr ! Et avec des personnages tels que Raphael la Boule de Poil et les jumeaux Hotdogs Patou, qui seront ensuite empoisonnés par une souris détective et qui seront transformés en… chaussettes ! « La transformation mystérieuse », voilà trouvé le titre de l’histoire. Puis, on passe au travail sur des petites vignettes… difficile de tout faire rentrer dans un si petit rectangle! Mais Mireille est là, prête à donner des conseils, des astuces, des règles pour faciliter le positionnement des personnages.

Mireille aide aussi à verbaliser les idées des élèves et leurs essors créatifs. Tout cela se fait en musique. Les enfants restent très concentrés tout au long de l’heure et demie et ils interagissent facilement. Elle donne de petits coups de pouce pour les encourager à continuer, compléter, commencer une autre partie du travail.

Le dernier rendez-vous avant les vacances est conçu de façon plus ludique (goûter, déguisements…).

C’est un « laboratoire artistique » au sens large : du dessin, mais aussi des ateliers de couture simple ou de créations en laine sont prévus. On allie beaux arts, activités manuelles et bricolage.

Chaque enfant reçoit un carnet de croquis pour lui donner envie de dessiner chez lui. Aussi, une pochette avec des fiches techniques (perspective, ombres…) lui est fournie et alimentée au fur et à mesure.

Mireille allie un travail de création graphique et l’animation d’ateliers enfants, deux activités complémentaires. Passionnée par l’image et ses processus de fabrication, ses recherches graphiques personnelles l’aident à concevoir des ateliers et le travail de groupe avec les enfants nourrit son travail de création.

La Villa Patou, c’est un lieu vivant, dans lequel les enfants trouvent les matériaux, les outils pour chercher, créer, bricoler. Les personnalités sont encouragées, guidées bien sûr, mais sans obligation. Chaque séance bénéficie d’une dynamique de groupe : chacun se sent à l’aise, il sent qu’il a une place. Mireille me fait remarquer que chaque dessin mérite de l’attention, que dans tous les travaux d’enfants il y a des choses intéressantes. Le dessin demande de l’exigence, elle pousse donc ses élèves pour qu’ils progressent : elle m’avoue que c’est parfois difficile. Mais elle me confie qu’il y a aussi plein de moments de détente où l’on rigole, l’on se raconte des histoires, où l’on pratique des activités créatives qui détendent, qui sont des temps calmes régénérateur dans des journées souvent chargées.

Je lui demande quels sont les erreurs à éviter pour bien enseigner les arts plastiques : pour Mireille, il ne faut pas la présenter comme une activité figée avec une seule technique, une seule manière de faire. Ce qui est intéressant est de montrer la multiplicité des représentations, la diversité. Créer une image, c’est ouvrir un espace dans lequel on a tous les droits : faire un ciel rouge, si on veut, ou des nuages avec des drôles de formes, le dessin est magique ! La technique est bien sûr utile pour avoir les moyens de représenter ce que l’on veut. Mais dessiner doit être un moment où l’on se fait plaisir, sans se forcer. De plus, les élèves ont parfois peur du regard des autres, et de ce que l’on va penser d’eux. Il se demandent souvent « est-ce que c’est beau ? Pas beau… » Il faut les rassurer, mettre en place un univers serein, sans jugement : ceci fait aussi partie du travail de Mireille.

Je lui demande si elle leur apprend une technique ou bien si elle met en place une idée qui déclenche leur créativité : « Je propose des cours variés et complets. Les enfants entre 5 et 10 ans sont curieux, il me semble que c’est bien qu’ils essaient des matériaux divers : peintures, encres, collages, fusains, marqueurs… Par la suite, chacun trouvera sa patte et ce qui lui plaît. Mon approche diffère selon l’activité : parfois j’apprends une technique (comment tenir et utiliser un crayon, la théorie des couleurs, comment représenter un paysage…), parfois je propose de travailler à partir de l’observation du travail d’un artiste, et des fois j’amène une histoire, un mot, une couleur qui sera déclencheur de créativité. »

Il y a du travail derrière tout cela : Mireille prépare ses cours comme une histoire, avec un début, un milieu, une fin. Elle aime montrer des images, des livres, elle se documente donc beaucoup. Un livre pour apprendre à (bien) dessiner ? Mireille répond sans hésitation : « Quentin Blake et son « Armeline Fourchedrue », un personnage loufoque. Le trait de Quentin Blake est vivant spontané et expressif ! Et son livre « Dessiner, une méthode pas comme les autres » qui s’adresse à tous ceux qui croient ne pas savoir dessiner.

Pense-t-elle qu’on enseigne suffisamment les arts plastiques dans l’école aujourd’hui ? « Je ne sais pas s’il n’y en a pas assez, ce que je sais c’est que si l’on a envie de dessiner, danser, faire de la musique, il y a, en dehors du cadre scolaire de quoi pratiquer, rentrer dans les musées, voir des spectacles dans les rues ! »

Tous les cours et stages de La Villa Patou sont sur Actikids.

***************************************

La Villa Patou 

7 rue de Louvain, 34000 Montpellier

Tél : 06 87 28 92 18